L'actualité de SOS Prema

Sondage: quels horaires d’ouverture des services de néonat?

Bonjour à tous,
Dans le cadre d’une réflexion avec la SFN (Société Française de Néonatalogie), nous travaillons sur différents sujets liés à la néonat, notamment des sujets « usagers » (comme on nous appelle!).
L’association va être amenée à vous interroger et à recueillir vos témoignages sur diverses questions.
Cette semaine, SOS Préma aimerait connaître votre point de vue sur les horaires d’ouverture des néonats. En effet, si l’ouverture en continu semble la préconisation première des parents, à y écouter de plus près, il semblerait qu’une fermeture partielle (par exemple 2 heures le matin), permette aux parents de faire autre chose et d’en être déculpabilisés.
Alors: faut-il proposer une ouverture 24h/24 aux parents des services de néonat? Qu’en pensez-vous? Quelle a été votre expérience?
Merci pour vos réponses et vos témoignages!

28 Commentaires

  • Ma fille est restée hospitalisée 2mois. 3semaines dans un grand CHU (niveau3) et 5semaines dans un CH. Les deux services de néonat étaient ouverts 24h/24h pour les parents. Mon mari et moi avons vraiment apprécié même si nous ne restions pas 24H/24H. Nous nous relayions auprès de notre fille et avions besoin d’une large amplitude horaire. Je pense également que c’est plus « facile » psychologiquement de savoir que nous pouvions aller la voir quand nous le souhaitions. Je sais que certaines mamans allaient voir leurs enfants la nuit. C’est rassurant pendant les coups de cafard. Je ne sais pas si j’aurais vécu cette hospitalisation de la même manière s’il avait fallu que nous laissions notre fille à 18h ou 19h.
    Je pensais que cette règle des visites 24h/24h pour les parents était une généralité. Aux vues de ce sondage, je comprends que nous avons été privilégiés.

  • AH

    Je pense que l’ouverture 24h/24 permet à chaque famille de s’organiser. Pour moi lorsque Klervi était hospitalisée, il m’était plus facile de partir à l’hopital en même temps que mes aînés allaient à l’école. j’arrivais à 9h et je repartais à 15h la semaine et les week- end nous passions l’après -midi. J’ai plutôt constaté que c’est le personnel de néo nat qui avait du mal à accepter mes horaires de semaine. Gentiment, on me disait, vous savez vous pouvez juste venir pour le repas de 12h, ça serait bien. Et ça presque tous les jours. Et puis les médecins passent le matin et plus rarement l’après -midi.
    Pour Jud et moi, le fait de savoir qu’on pouvait avoir accès à notre minette 24h/24, ça donnait une sensation de liberté. Nous savions que si le besoin se faisait sentir, on pouvait être là avec elle quand on le voulait. Je pense que j’aurai très mal vécu que l’on me dise de telle heure à telle heure visite interdite. Rien que l’idée me donne un noeud à l’estomac.
    Et puis, on culpabilise la nuit . C’est plus entre 4h et 6h du matin qu’on se demande si la nuit s’est bien passée.

  • Céline

    Coucou , mon fils était à l’HFME de bron (69) et c’était 24/24 heureusement, mon mari est en heures décalées,
    Moi je restée toute la journée, j’aurai trouvé ça horrible qu’on me dise de partir !!!
    Je pense que le 24/24 est le mieux (enfin à Bron il y a les inpératifs de services ou on est obligé de sortir ) mais on peut vite revenir !

  • Loulou2011

    Accès 24h/24h pour les parents, et possibilité de téléphoner à n’importe quelle heure pour avoir la puéricultrice en charge du loulou.
    Nous pouvions être là pour tous les soins médicaux (pds, vaccins, transfusions), c’est très rassurant de pouvoir venir le caliner, le regarder, le rassurer quand on veut … comme un parent « normal » qui irait voir son enfant dans sa chambre !

  • isacamok

    J’ai beaucoup apprécié la liberté d’avoir une possibilité 24h/24 même si je ne restais pas tout le temps. Les 12 jours où je suis restée à l’hôpital après la césarienne j’allais porter le lait tiré au milieu de la nuit en néonat, j’en profitais pour passer un petit moment pour regarder mon bébé dormir. Je pense que cela m’a beaucoup aidé au retour à la maison car je savais que la nuit se passait bien pour mon fils. De retour à la maison j’étais contente de pouvoir y passer des journées entières, de 8h à 20h environ et mon mari passait de temps en temps la soirée en plus. Je crois que je n’aurais pas aimé du tout une fermeture dans la matinée, pour moi c’était très important d’être présente un maximum, même si une fois ou deux je me suis absentée pour faire les courses necessaires à son retour à la maison. Le fait de savoir qu’on pouvait venir quand on veut était rassurant.

  • marie

    j’ai accouché à l’hôpital mère enfant de limoges, mon fils est allé directement en néonat’ (pas de réa ni de soins intensifs). je pouvais y aller quand je le souhaitais car ouvert 24/24.
    puis il a été transféré à l’hôpital de brive, et pareil, la néonat était ouverte 24h/24.
    ceci dit, le fait d’avoir une grande à la maison, je suis toujours allée en néonat la journée.
    je quittais la néonat à 16h30 pour aller chercher ma puce à l’école, et mon mari allait lui en néonat à 18h pour faire un petit calin à notre fils avant de rentrer à la maison.
    c’était génial de savoir qu’on pouvait y aller n’importe quand ou même appeler n’importe quand, même si dans la pratique on ne l’a jamais fait!

  • Comme les parents qui ont déjà témoignés, ma puce a été hospitalisée dans un service ouvert 24H/24 aux parents. Je ne sais pas comment j’aurais vécu le fait de ne pas pouvoir passer la voir à certaines heures. Le personnel nous associait à tous les soins (pds, échographies,…), en fonction de nos disponibilités et décalait même certains soins pour que nous soyons présents.
    Dans l’attitude du personnel soignant, je n’ai jamais perçu de jugement quant au fait que je puisse venir ou non.

  • nathy

    De savoir qu’il n’y avait pas de contrainte au niveau horaire et de pouvoir voir Zoé quand on le voulait nous soulageaient. Rien que d’imaginer que j’aurais dû la laisser et partir à une heure précise n’aurait que rajouter du stress à une situation déjà assez compliquée comme ça!! De plus que mon mari finissant tard le soir il pouvait venir voir notre fille et en profiter aussi, parce que 4 mois d’hospitalisation c’est long.
    En bref c’est rassurant de ne pas avoir de contrainte d’horaire et de pouvoir voir son enfant quand on le veut, c’est aussi important dans le lien parent- enfant qui est mis à rude épreuve dès la naissance.

  • LiLan

    Dans les 2 hôpitaux où ma fille a été hospitalisée, les services de réa puis de néonat étaient accessibles 24h/24h. J’ai beaucoup apprécié cette possibilité car j’avais besoin de rester auprès de ma fille, de lui faire les soins, de la regarder dormir et d’être à ses côtés. Et les ambiances sont complètement différentes selon les moments de la journée. en matinée, on peut rencontrer les médecins car ils font les visites quotidiennes, on peut faire les soins dans la journée, et le soir, c’est plutôt calme. J’ai d’ailleurs en souvenir de très agréables séances de peau à peau en soirée.
    Cela ne m’a pas empêché certains jours de rester me reposer car j’en avais besoin.

  • nathjpleo

    Nous avions possibilité de venir et d’appeler 24h/24, nous étions surtout présents la journée et nous sommes souvent restés jusqu’à peu près 22H…l’ambiance était différente le soir et cela nous permettait de remplir au mieux notre rôle de parent en donnant le biberon, le bain et en couchant notre bébé, on a commencé certains rituels là bas…savoir que l’on pouvait venir à n’importe quel moment était rassurant…je trouve cela important cette ouverture 24h/24 car cela permet de s’adapter à toutes situations, les parents qui ne peuvent pas être présents en journée peuvent venir la nuit, lorsque l’enfant va moins bien, lorsqu’un des parents n’arrive pas à dormir, est trop mal chez lui et a besoin d’être auprès de son enfant, lorsqu’une mère allaite et fait les allers retours pour donner le sein (j’ai connu une maman qui faisait ça qui venait toutes les 3 h à peu près en lien avec l’équipe jour et nuit)…et puis savoir qu’on doit partir car c’est l’heure je trouve cela très dur pour les parents qui ont besoin de savoir qu’ils peuvent voir leur enfant quand ils veulent…c’est important pour le lien parent-enfant et pour limiter les difficultés liées à l’hospitalisation..

  • mimilou

    Emma a ete hospitalisée presque 2 mois en neo nat du CHU de Bordeaux, ce service est ouvert 24h sur 24 h et nous pouvions téléphoner a n’importe quelle heure de la journée. c’etait vraiment important pour nous de savoir que nous pouvions aller voir Emma quand on le voulait. Avant d’aller en chambre mère enfant je restais jusqu’a 22h00 pour lui donner le sein c’était la 3ème tetee de la journée et c’était tres important pour moi d’etre presente.Qd j’étais encore à la maternité on allait voir Emma vers 23h00 pour lui dire bonne nuit.

  • Mon Loulou a été hospitalisé 1 mois tout pile en néonat et le service était ouvert 24h/24h…ce qui me paraissait l’évidence! j’arrivais tot le matin et je repartais tard le soir. Mon mari me rejoignait après le travail…le week-end, on restait tous les trois, ensemble! je n’ose pas imaginer si on m’avait « interdit » de voir mon fils!!! simplement, la nuit, on rentrait…à contrecoeur, mais il faut tenir la distance. Déjà qu’on dort peu, qu’on s’en veut de quitter bébé la nuit…être ouvert tout le temps, c’est primordial pour nous parents, qu’on y soit 24h/24 ou pas!…après, les médecins peuvent faire des recommandations éventuellement pour « déculpabiliser » les parents…je crois que la douceur et l’écoute des besoins des enfants comme des parents sont la clé d’un bon service de néonat!

  • ketty1

    Mes enfants sont nés à l’hôpital mère enfant de Limoges, il y a 2 ans.

    Ma fille est restée 1 mois 1/2 en réa avec des horaires 14-22h. Je dois dire que la matinée était interminable ! Même si on pouvait appeler 24h/24 ! C’est arrivé à mon mari d’aller la voir en sortant du travail à 22h et la puér lui avait proposé un peau à peau. Mais ils n’auraient peut-être accepté tous les jours…
    Je sais qu’aujourd’hui la réa a augmenté les horaires, avec en plus 10h-12h je crois.

    Ensuite en soins intensifs et néonat (porte d’à côté), où elle a passé 2 mois, c’était 24h/24. Du coup j’y allais aussi le matin de 10h à 12h à peu près.

  • auflolys

    Mon fils est resté 8 jours en réa: service ouvert de 15h à 19h; puis en néonat, ct 24h/24.
    En réa, pendant mon hospitalisation post césarienne, en téléphonant juste avant, je pouvais passer le voir un petit moment (si aucun soin n’était en cours). une fois rentrée à la maison, cela m’a forcée à y aller doucement (je suis sortie de l’hopital 4 jours après ma césarienne, donc ça tirait encore un peu quand même!!!)
    Losrqu’il est passé en néonat, j’ai ressenti cette culpabilité de ne pouvoir rester avec lui tout le temps: il fallait que je sois aussi un peu dispo pour sa grande soeur, et ct pire le we (une enfant de 3 ans ne peut rester toute la journée confinée dans une salle d’attente d’hôpital, et hors de question de la faire garder en permanence). Le souvenir que je garde est vraiment ce déchirement, comme si je devais choisir entre mes 2 enfants: l’un dont l’état de santé était incertain, et l’autre qui n’avait rien demandé et se retrouvait à devoir gérer une maman absente (3 semaines d’hôpital en tout – grossesse patho + césarienne) un petit frère abstrait et un papa qui faisait son maximum pour gérer le quotidien.
    Heureusement, dans ces 2 services, on pouvait prendre des nouvelles par téléphone 24h/24, histoire de calmer les angoisses nocturnes!
    Bref, c super que les services soient accessibles tout le temps (je pense aux papas qui travaillent bien souvent durant la journée et qui passent leurs soirées avec bb, aux gens qui n’habite pas trop loin de l’hôpital et qui peuvent revenir une fois que tout le monde est couché, etc), surtout qd c le 1er bb, mais avec une fratrie, c plus ambivalent; le personnel soignant a beau faire son possible pour déculpabiliser, ça ne se commande pas. Et puis chaque histoire est différente, chacun ressent les choses à sa manière bien sûr!

  • Bonjour, Mon fils a été hospitalisé en réanimation pédiatrique puis en néonat à l’hopital de l’Archet à Nice. Heureusement que les services étaient ouverts aux parents 24/24h et qu’on pouvait appeler à n’importe quelle heure du jour comme de la nuit! Je pense que ce qu’il faut pour que les parents s’organisent au mieux, il y a souvent d’autres enfants dans le foyer, le papa travaille… Et quand on sait l’importance de la présence des parents dans ces moments-là, on se dit qu’il faut vraiment qu’ils aient accès au service dans lequel est placé l’enfant 24/24.

  • mamanmag

    Ma petite Margot est restée 2 mois 1/2 en réa, et ayant une autre fille, nous avons apprécié de venir quand nous voulions et pouvions. Depuis, Margot est décédée, et je regrette déjà de ne pas être venue plus souvent, même si j’y suis allée tous les jours évidemment. Il y a déjà assez d’imprévus qui nous font parfois rater de précieuses minutes, voir rater un calin car il ne reste plus assez de temps, comme les soins stériles, les entrées…etc, que l’on comprend bien sur, mais chaque minute avec nos petits bouts sont si précieuses. On a besoin de savoir que l’on peut venir n’importe quand, comme si notre bébé était chez nous. je venais la journée avant d’aller chercher ma grande à l’école, et mon homme venait les soir vers 21h après le coucher de la grande, pour ne pas qu’elle se sente lésée de notre absence. Il faut pouvoir donner du temps à toute la famille. Et puis on se sent toujours un peu coupable de toute façon de ne pas arriver à trouver assez de temps, alors ça n’arrangerait rien qu’il y ait des contraintes supplémentaires!

  • poussin

    Bonjour, ma fille a été hospitalisée pendant presque 2 mois en soins intensifs et en néonat où c’était 24h/24h et j’ai appprécié car je pouvais y aller quand je voulais et heuresuement car je ne sais pas si j’aurais pu supporter de ne pas pouvoir la voir dés que je le souhaitais. J’y allais tout le temps. Je pense que c’est important de pouvoir y aller quand on veut et y rester le temps que l’on veut. La seule chose que l’on peut faire pour nos petits bouts c’est d’être là pour eux et ça les aide à se battre. Il faudrait que ce soit partout pareil.

  • Ma fille est née au Hasenrain à Mulhouse. Elle est restée un peu plus d’un mois en réa, ce n’était ouvert que de 14h30 à 19h!! Elle est passée en soins intensifs presque 2 mois : c’était 24h/24 et depuis aujourd’hui, elle est passée en médecine et c’est aussi 24h/24. dans chaque service, on peut appeler 24h/24.

  • funwoman687

    Bonjour ,

    Pour ma part mon fils a été hospitalisé 3 mois au CHU A. Béclère à Clamart en Réa pendant 1 mois , puis 1 mois en Soins Intensifs , service ouvert 24h/24.Les grands parents avaient un droit de visite sous condition de vaccination grippe et coqueluche et uniquement le w end et cela au bout de 1 mois et demi d’hospitalisation . Puis Ewen a été transféré au CHU Foch à Suresnes en Néonat ,ouvert 24h/24 également , mais visites des grands parents interdites durant toutes la durée d’hospitalisation.
    Nous pouvions dans les deux cas appeler également 24h / 24 pour avoir des nouvelles; un vrai soulagement surtout quand habite loin de l’hôpital.
    La disponibilité du personnel hospitalier est vraiment à souligner , car sans eux , pour ma part , je ne sais pas si j’aurai tenu le coup ! MERCI à eux !

  • Bonjour, ma fille a été hospitalisée 6 semaines (dont 5 en réa) en 2007. On pouvait la voir de 14H à 7 heures du matin. J’y étais de 14H à 21H environ pour pouvoir la nourrir directement trois fois et faire au moins 3 heures de peau à peau et son père passait de temps en temps tard le soir ou très tôt le matin. J’avoue que même si la quitter était un déchirement et que j’aurai voulu la voir le matin, même en 24/24, la frustration et la douleur de la séparation existe. Et il est vrai que cette restriction m’a permis de récupérer et de dormir un peu, ce que je n’aurai pas fait autrement, et de pouvoir l’allaiter. J’appelais vers 7H00 le matin, pour savoir comment elle avait dormi, connaître son poids (…) et parfois quand j’avais un stress mais rarement, j’appelais la nuit. D’autre part, de ce que j’ai compris, les bébés ont aussi besoin de repos.

  • clairette

    Bonjour,
    Je crois qu’il est très important que nous puissions accompagner nos ptits bout de chou de plus possible. C’est pourquoi une ouverture de la neonat 24h/24h est primordiale pour les parents. Il ne faut pas oublier que a cette période de séparation, notre bébé est sensé être toujours dans notre ventre, il a besoin de nous, du lien (et surtout dans les moments de douleurs, de stress…). Et nous parents et plus particulièrement maman, nous avons besoin de nous sentir maman et un peu « responsable » de notre bébé; afin de ne pas trop culpabiliser de cette naissance précipitée.
    Il est bien sur important que les parents se reposent, prennent du temps mais c’est a l’équipe de nous dire de prendre un peu de temps…
    Notre rôle de parents pour ces bébés si fragiles est tellement important que j’aurai été déchiré de ne pas être libre de voir ma fille le plus possible.
    Tout cela, bien sur, en acceptant les moments de soins ou l’on nous demande de sortir mais quel bonheur de pouvoir être la après et réconforter notre tout petit de notre présence!
    Nos petits ont besoin de repos, mais tenir leur petite main dans leur sommeil, c’est notre façon a nous maman d’être toujours liée physiquement a notre bébé.
    En tout cas , merci a l’équipe de Limoges pour leur soutien, leur écoute et leur accompagnement dans l’apprentissage de ce rôle de maman de bébé fragile.

  • Bonjour,
    Chez nous les soins intensifs comme la néonat étaient ouvert 24/24. Mais dès le lendemain de l’accouchement j’étais n unité kangourou donc auprès de mon bb 24h/24 et à la fin de mon hospitalisation on est passé en chambre mère/enfant. Je suis resté près de lui jour et nuit durant 3 semaine ce qui a permis de bien mettre en route l’allaitement. Je n’aurais pas imaginé faire autrement et je réalise aujourd’hui qu’on a eu bcp de chance car tous les hôpitaux ne sont pas aussi bien équipés…

  • clara13

    Bonjour,
    Je constate comme d’autres que l’ouverture 24h/24 n’est pas une généralité et me sens « privilégiée » par l’ouverture dont nous nous avons bénéficié. Mon fils est né à Marseille à l’hopital de la Conception et je pouvais y aller quand je le voulais, et jamais je n’ai senti que ma présence pouvait être « dérangeante » pour le personnel hospitalier. Au contraire tous ici encourageaient la présence maximale, dont j’ai beaucoup abusé, avec tout de même des plages horaires qui sont devenues plus habituelles au fil du temps. Mais savoir que je pouvais y aller à n’importe quel moment était rassurant, même si nous n’y sommes jamais allé la nuit. Savoir que c’était possible était déjà super. Et par chance mon fils a eu un « joli » parcours malgré sa grande prématurité, et nous n’avons pas eu de très grosse alerte…
    De plus les infirmières/pédiatres/puéricultrices encourageaient vraiment la présence parentale, et ne cessaient de dire combien cela était bénéfique pour les enfants hospitalisés, et notamment pour le réconfort de mon fils. Toute l’équipe m’a répété et répété que ma présence lui donnait de la force, et je dois dire que leurs encouragements m’ont aussi aidé à chasser cette part de culpabilité que nous avons pour certaines, et je les en remercie vraiment.
    Bref en terme de bonnes pratiques l’hopital qui a accueilli mon fils mérite vraiment une médaille et est je pense un bel exemple à suivre!
    Encore merci à toute l’équipe que nous avons plaisir à aller revoir (mon témoignage peut paraitre très enthousiaste alors que les moments vécus ne sont jamais faciles en néonat, mais l’année dernière j’ai accouché à 23+4 de mon premier petit garçon qui n’a pas survécu vu le terme trop précoce, et même si une naissance à 28+3 n’est pas l’idéale -loin s’en faut-, nous savions aussi que les statistiques même si je n’aime pas ce mot étaient complètement inversées à 28+3 et nous nous sommes raccrochés à tout ce qui pouvait être positif lorsque mon petit bonhomme est né cet été…).

  • Mon premier fils est né à Lanval à Nice, à 32SA. La bas, les horaires étaient 11h – 21h, et pas de possibiité de participer aux soins ( médicaux ou autres comme le bain) ni de rencontrer un pédiatre. Je n’ai pu le prendre aux bras qu’après une semaine ! Un très mauvais souvenir !! Je passais mes journées la bas, et on m’a dit à plusieurs reprises, que cela ne servait à rien, que je pouvais venir moins souvent !! Je pense qu’ils sont un peu débordés, et que la présence des parents les dérange. En tous cas, quand 21h arrivait c’était très stressant de le laisser, surtout quand il pleurait.
    Mon 2eme fils est né à Antibes, à 32 SA aussi. Là bas, ca a été complètement différent : néonat ouvert 24h/24, participation aux soins, discussion tous les matins avec le pédiatre lors de la visite journalière, infirmières très gentilles avec les parents … Le peau à peau s’est fait très rapidement, et j’ai eu une chambre mère enfant au bout de 2 semaines, que j’ai gardé 3 semaines ! Le lien s’est fait plus facilement avec mon 2ème fils, et même si c’est quand même un moment difficile, les conditions étaient nettement meilleures qu’à Lanval.

  • laetis69

    Bonjour, hospitalisation de mes jumeaux en réa puis néonat avec ouverture 24h/24 à l’hôpital de la CROIX ROUSSE – parfait car nous pouvions les voir quand on voulait et le personnel nous faisait participer (soins/peau à peau…)- plus que nécessaire vu la dureté de l’épreuve de la prématurité
    puis par manque de places transfert des petits à l’hôpital NATECIA et là catastrophe : si les visites et les coups de fils sont possibles 24h/24 on dérange plus qu’autre chose les soignants quand on rend visite aux enfants : soient les enfants mangent soient ils dorment…. alors oui à une ouverture 24h/24 mais il faut que le personnel soignant soit à l’écoute ce qui n’est pas le cas pour cet hôpital

  • murzilli

    Bonjour ! Né à 26 sem, mon petit garçon est resté 3 mois en réa neonat à l’hopital HEH à Lyon en 2006, puis 1 sem en soins intensifs et 1 sem en kangourou. Le service était ouvert 24h/24h aux seuls parents, et l’équipe toujours très disponible au téléphone. Cela était très important pour moi de pouvoir le voir nimporte quand, car on se sentait tellement impuissant,et aussi en décalage avec lemonde « normal »… J’étais la plupart du temps présente entre 8 et 21h, plus quelques nuits quand l’équipe nous appelait et que Thomas était au plus mal. L’équipe médicale a été vraiment charmante avec nous, depuis les infirmières au chef de service ou encore aux services supports) et leur présence et leur soutien nous a vraiment aidé à traverser cette période difficile. On ne nous a jamais reproché notre présence et on nous a fait participer aux soins autant qu’on voulait, sans pour autant nous culpabiliser (à une certaine époque par exemple la toilette était vraiment difficile et éprouvante pour Thomas et je ne souhaitais pas toujours participer pour que cela aille plus vite et que du coup la sat descende moins). Nous étions de notre coté vigilant à ne pas appeler pendant les heures de releve ou de pause, ou à ne pas rouspeter quand parfois nous ne pouvions pas accéder au service quand un enfant était au plus mal (à HEH la REA contenait 12 berceaux dans une seule salle et du coup était parfois « interdite » aux parents pendant les actes exceptionnels de réa).

  • Rita Clarisse

    24h/24, absolument. Il ne faut pas penser que tous les parents sont dans le même sentiment, dans la même culpabilité ou dans le même contexte personnel, professionnel, familial…
    Il faut que l’accès soit totalement libre, pour que le jour où l’angoisse monte on puisse passer la journée et la nuit avec bébé, et le jour où ça va mieux on puisse y venir quand on veut, moins peut-être, mais sans l’obligation de respecter un horaire.
    De plus, l’idée qu’on « ne peut pas » voir son enfant (même si c’est juste pour des raisons d’horaires) peut être complètement insupportable pour un parent – sans compter que les mères allaitantes ont la nécessité d’être présentes lorsque leur enfant a faim (et pas forcément à des horaires précis) sans que cela discrimine celles qui ne le sont pas, par choix ou malchance…
    Bref, ne décidons pas à la place des parents, laissons la porte ouverte, et limitons-nous à les inviter à rentrer se reposer au lieu de leur imposer une absence et un éloignement, surtout dans un moment si délicat et complexe…!

  • Vous avez de la chance d’avoir pu voir vos petits bouts si souvent – à l »époque mon petit loulou était à 50 km alors nous n’avions que le téléphone pour avoir de ses nouvelles ! 45 j d’hospitalisation (1.730 kg pour 43 cm) détresse respiratoire – je n’ai jamais pu prendre le tél tellement j’étais angoissée c le papa ! et je pleurais … aucun entourage familial vraiment je ne souhaite pas surtout pour une 1ère grossesse (personne ne savait ce qu’était la prématurité) … Quand j’ai récupéré mon petit loulou j’étais vraiment perdue … et puis on fonce et on s’en sort … bisou et courage aux mamans à qui ça arrive – sincèrement