L'actualité de SOS Prema

Question: entrée de l’entourage dans les services?

Certains hôpitaux autorisent l’entrée à l’entourage -autre que la fratrie- (grands-parents, oncles et tantes). Qu’en pensez-vous? Est ce une bonne chose selon vous? L’avez-vous expérimenté? Et si oui, quelles en étaient les conditions et les modalités? Comment l’avez-vous vécu? Sinon, auriez-vous apprécié / cela vous a-t-il manqué?

34 Commentaires

  • reveuse14

    Sujet qui me tient à coeur et je suis ravie de faire part de mon sentiment.
    A l’hôpital où ont été hosptitalisés mes enfants, l’entourage n’était pas autorisé et moi ça me convenait.Je ne pouvais déjà pas avoir mes enfants chez moi, je devais les partager avec le personnel soignant, je n’étais pas avec eux 24h/24 alors je ne voulais pas qu’en plus notre famille nous vole d’autres moments.
    Toutefois, la famille pouvait venir et regarder à travers une vitre. J4ai craqué pluseirus fois car j’avais l’impression d’être au cirque ! Les gens venaient parfois sans prévenir et nous surprenait dans des moments où ils n’auraient pu être présents si nous avions été à la maison.Certains même ne venaient pas àl’heure convenue ce qui me compliquait les choses quand je voulais tirer mon lait. J’ai souvent enragé contre cette vitre !

    A côté de ça le fait que la famille ne puisse pas être présente à été lourd à porter car ils nous demandaient beaucoup de nouvelles et de phots (que j’aurais préféré garder pour moi. Quand les nouvelles n’étaient pas très bonnes, certains faisaient comme si on n’avait rien dit et d’autres voulaient qu’on les tienne informé tous les jours. Il m’est donc arrivé de penser que cela aurait été plus facile si au moins les grands parents avaient pu venir.
    Toutefois, une fois que les bébés n’étaient plus scopés, ils avaient le droit de venir les prendre mais ça n’a pu se faire que quelques jours avant leur sortie alors autant dire que ça n’a pas servit à grand chose !

    Je ne sais pas s’il y a une solution idéale.

  • anne hirel

    Nous avons connu deux situations : Au CHU de Rennes, il ne demandait pas qui étaient la personne du moment qu’il n’y avait qu’une personne en plus d’un parent. Et accueillait sans souci la fratrie. mes trois garçons ont pu découvrir ensemble leur petite soeur. A la Pitié pour cause de grippe A seuls Papa et Maman étaient acceptés dans le service.
    Je dois avouer que nous avons aimé présenter notre fille comme on le fait pour tout autre enfant qui vient de naître. Après nous avons limité les visite aux grands – parents et seule une de mes soeurs avait envie de la voir. Ma maman a été assez bouleversée de la voir si petite avec toutes ces machines. j’ai senti qu’elle été venue la voir juste parce qu’elle comprenait que pour moi c’était important. Je pense que voir ça pet permettre à l’entourage de comprendre un peu de ce que l’on vit !

  • isacamok

    J’ai pu profiter des visites de l’entourage et franchement cela a été très important pour moi (maximum 2 par jours, en fin d’après midi). L’hôpital était assez souple sur les horaires et le nombre de visites, il faisait plutôt confiance aux parents, j’ai beaucoup apprécié. Comme toutes les mamans on a envie de présenter son bébé et le faire vraiment (et pas à travers une vitre) c’est vraiment un plus. J’ai deux grands garçons de 9 et 13 ans, eux aussi avaient le droit de venir tous les jours s’ils le voulaient et ils ont beaucoup apprécié de présenter leur petit frères aux papis mamis (surtout que ces derniers habitent à 300km ou 800km de la maison!). Evidemment en période d’épidémie les visites ne sont plus autorisées, mais j’ai eu de la chance que ce soit possible au moment où j’ai accouché. On a evidemment fait attention à ce que personne ne soit malade pour les visites et on a naturellement limité le nombre de visites (les grands parents et deux amies proches dans mon cas).

  • petiteKO

    Pour moi, il faut mettre l’enfant au cœur du questionnement : est-ce que ces visites lui apportent quelque chose à lui ? S’il est bien évident que la réponse est oui pour ses parents et sa fratrie, je suis beaucoup plus mitigée sur les autres membres de la famille.
    Quand ma fille était en réa-néonat, ça ne m’est jamais venu à l’esprit de faire venir d’autres personnes. On a envie d’avoir le plus d’intimité avec notre bébé, ce n’est déjà pas facile avec les machines et le personnel, alors il faut limiter les allers et venues.
    Il faut veiller également à d’excellentes conditions d’hygiène, et la multiplicité des visiteurs ne va pas dans le bon sens.
    De plus, les enfants sont alors entre la vie et la mort, il y a des moments très difficiles, et l’on n’a vraiment pas envie de pleurer devant une multitude de personnes. Ce n’est pas un spectacle !
    J’ai été choquée une fois, dans la salle avant l’entrée dans le service où l’on doit bien se désinfecter et s’équiper, de voir des grands-parents ne respectant pas vraiment les conditions d’hygiène et parlant bruyamment en pénétrant en néonat.

  • nathjpleo

    je n’ai pas une réponse précise à cette question…ici les visites n’étaient autorisées qu’aux parents(à part pour le dernier service « unité kangourou » où mon fils a juste pu voir sa mamie)et il n’y avait aucune possibilité de voir les bébés à travers une vitre..j’avoue que cette situation m’a convenue, j’étais tellement dans ma bulle avec mon conjoint et mon fils que je ne voyais pas du tout quelqu’un y rentrer…pour moi l’hôpital c’était un monde à part et mon entourage n’avait pas à en faire parti à ce moment là….par contre je montrai les photos à mon entourage en expliquant le scope, le masque…j’avais aussi besoin que l’entourage comprenne et se rende compte de ce que nous vivions et surtout que Léo soit reconnu…
    après je me demande si les visites avaient été autorisées dès la réa peut être que l’entourage aurait mieux compris et que moi j’aurai moins senti un poids de devoir donner des nouvelles, de devoir rassuré et j’aurai davantage confié mes angoisses…voila je ne sais pas ce qui est le mieux..cela dépend tellement du ressenti de chacun…je pense que ça devrait être individualisé, à la demande des parents, par exemple une maman aurait besoin de la présence de sa mère une autre d’une amie très proche…bien sûr tout cela en faisant attention à la sécurité et à l’hygiène…en tout cas je ne suis pas pour que l’entourage soit au courant d’une ouverture à tous, pour moi cela doit passer par les parents selon leurs envies, leurs états émotionnels du moment…Egalement, si visites il y a je pense que ce serait bien qu’une psychologue soit présente au moins pour la première visite pour faire tiers entre les parents,le bébé et l’hôpital…

  • ketty1

    En réa sur la porte d’entrée c’était indiqué « la famille proche » les mercredis et dimanches, 1 personne avec 1 parent. On a décidé de faire venir les grands-parents paternels et maternels 1 fois par mois, on leur a raconté que les médecins ne voulaient pas plus pour ne pas les voir venir trop souvent… Ma cousine enceinte du même terme que moi (on suivait nos grossesse habitant pas loin l’une de l’autre) est venue une fois et son mari qui est le parrain de ma fille est venu la voir aussi une fois.
    Je tenais un blog avec des photos de ma fille, ma famille vivant à 400km, et on a ainsi coupé court aux multiples appels et aux réponses répétitives…

    En soins intensifs / néonat c’était autorisé uniquement pour les grands-parents et là il y avait des vitres pour les autres membres de la famille (on pouvait baisser ou orienter les stores si on ne voulait pas être regardés). J’ai vraiment regretté qu’on n’autorise pas plus de visiteurs. Ma soeur n’a vu ma fille que quelques minutes la semaine après sa naissance quand elle est venue faire connaissance de mon fils juste avant sa mort. Habitant à 400km elle n’est pas revenue juste pour la voir à peine derrière une vitre ! Elle ne l’a donc revue qu’après sa sortie 3 mois et demi après sa naissance !
    En chambre kangourou les visites étaient autorisées (3 personnes dans la chambre) mais je n’y suis restée que 3 jours…

    Dans les 2 services la fratrie était autorisée à venir les mêmes jours.

  • En réa néonat à Reims, seule la famille proche (grands-parents et fratrie) est autorisée à voir l’enfant sous réserve de l’accord du médecin, pas plus de 15minutes et seulement lors d’une tranche horaire l’après-midi. Cela nous convenait tout à fait. D’ailleurs, nous avions même refuser que nos parents voient notre fille les premiers jours. Nous voulions limiter les risques. Nos parents respectifs ont vu leur petite-fille quand nous étions plus « habitués » au service et aux règles d’hygiène.

    Officiellement, en néonat (CH)où notre fille a été transféré seuls la famille proche était autorisé à rendre visite aux enfants les après-midis. Chose que nous avons respecté. C’était notre bulle, notre moment. Nos parents ne venaient qu’une fois par semaine pour la voir grandir mais restez très peu et étaient très stricts sur les règles d’hygiène. Mais malheureusement, certains enfants recevaient de nombreuses visites (tantes, oncles, cousins, amis des parents,…). D’une part, ils ne respectaient pas les règles d’hygiène, ce qui pouvait être dangereux pour leur enfant mais également pour les autres. Et ces personnes regardaient les autres bébés comme des bêtes de foire (dont la notre, très petite car née avec un RCIU). J’ai vu des amies des parents soulever la couverture du bébé en berceau chauffant pour le prendre en photo sous toutes les coutures. Ils observaient notre fille avec tellement d’insistance que je n’osais plus la laisser seule (notamment quand ma fille était en chambre double). Je me dépêchais de manger pour être là avant les autres parents et j’attendais qu’ils partent pour rentrer chez moi. J’avais tellement peur qu’ils touchent ma fille. Nous en avions bien sûr parlé à l’équipe soignante qui nous a dit qu’elle ne pouvait pas interdire les visites en présence des parents mais elle a veillé à ce que ces visites aient lieu en présence d’un des parents (ce qui n’a pas tjs était le cas) et à pas plus de 3 personnes autour de l’enfant (ce qui n’a pas toujours était le cas).

    Je comprends que dans certains cas, si l’enfant n’a plus de grands-parents mais des oncles et tantes proches,… les parents aient besoin de voir leur enfant visité, reconnu mais également de se sentir soutenus (comment essayer de comprendre notre douleur sans voir ce que nous vivons? Et encore, ce n’est pas toujours facile pour nos parents de nous comprendre, même s’ils se sont vraiment inquiétés). Mais je ne pense pas qu’il faille l’autoriser de manière systématique car il y aura des abus. Chaque situation devrait être étudiée par l’équipe soignante ou du moins ces visites devraient être très encadrées.

  • mimilou

    A la néo nat du CHU de Bordeaux, seuls les parents et frères ou soeurs (j’en ai pas vu beaucoup qd meme) ont le droit de venir voir les bébés. il n’y a pas de vitre pour voir les enfants comme dans certaines neo nat. On peut faire qd même venir les grands parents juste 1 fois durant toute la durée de l’hospitalisation et pas plus de 30min il ne faut pas dépasser 2 personnes dans le box de l’enfant.Heureusement ma mère et mon père ainsi que ma belle mère qui elle venait de Bretagne voir sa petite fille ont pu rester plus d’une heure dans le box un gros merci aux puer qui n’ont rien dit. Avant de faire venir les grands parents il fallait demander l’autorisation aux pédiatres. Et même dans la chambre mère-enfant qui était pourtant à l’entrée du service donc avant les 3 secteurs avec les box des bébés la famille n’avait pas le droit de venir! Moi je l’ai très mal vécu j’aurais voulu que ma mère et mon père soient présents qu’ils voient leur petite fille eux aussi d’ailleurs n’ont pas compris pourquoi ils ne pouvaient pas plus venir ils ont étaient très tristes de ne pas la voir grandir surtout mon père qui était vraiment très inquiet et qui aurait voulu la voir plus souvent. En chambre mère-enfant, mes parents venaient m’apporter mon repas du soir (et oui le CHU de Bordeaux n’offre plus le repas ni le midi pour celles qui allaitent et ni le soir aux mamans qui sont en chambre c’est une HONTE est ce qu’on ne donne pas a manger aux mamans à la maternité qui ont accouché d’un bébé né à terme ?????)donc une fois j’ai demandé à une puer si qd même ils pouvaient pas venir chacun leur tout voir Emma dans la chambre car ils m’ont apporté pdt 4 jours mon repas du soir et je les voyais dans le couloir en dehors du service ça me faisait mal au coeur de les savoir si proche d’Emma et un soir ils ont eu le droit de la voir c’était 2 jours avant qu’elle rentre à la maison ;)

    En bref je suis pour que les grands parents,arrières grands parents frere/soeur de la maman ou du papa aient la possibilité de venir voir le bébé tout en demandant l’autorisation aux pédiatres et que les puer soient informées du jour de la visite. Les règles d’hygiènes doivent être strictement respectées aux parents de faire respecter ces règles ! Photos avec flash interdites ! Il est normal qu’il y est un règlement concernant les visites, un service de néo nat n’est pas un service « ouvert », et on est pas au zoo !! Mais je regrette qd même le règlement très stricte de la neo nat du Chu de bx, je sais que la cadre a changé peut être que le règlement va évoluer dans le bon sens.

  • clairette

    Oh moi je crois que je vais rejoindre estelle.
    Madeleine a été pendant 15 jours aux SI de Limoges et seuls les grands parents pouvaient entrer le dimanche et le mercredi.
    Mais ayant atterri a Limoges pendant des vacances, je me sentait très seule. Sur place, il y avait ma soeur et ma cousine et aucune d’elle n’a pu entrer voir Madeleine…seulement à travers la vitre. la aussi je rejoins reveuse14, j’avais l’impression d’être au cirque.
    J’ai eu le droit aux visites 2 jours avant la sortie de Madeleine quand j’etais en chambre kangourou.
    Le plus dur a été quand la grand mère de Madeleine a fait le trajet depuis Lyon un lundi et mardi pour venir me soutenir et que comme c’était ni dimanche ni mercredi et bien elle n’a pas pu rentrer.
    tout ça en ayant mon mari reparti bosser a paris.
    Je les ai trouvé très strict.

  • Pas de visites autorisées je pense dû à la configuration du service,peu de chambres individuelles. Pour ma part cela me convenait. Mes beaux parents ne sont venus qu’une fois voir notre fille à travers la vitre et je sais que mon mari en a souffert. En revanche mes parents ont souffert de ce seul contact visuel, et malgré l’appréhension des machines ils auraient aimé ne pas avoir eu à attendre un mois et demi pour tenir leur première petite-fille dans leurs bras. Il n’y a pas que les parents qui souffrent !

  • tipuce30

    Alors au CHU d’Amiens, on est passé par trois services. En réa, box simple avec vitre et seuls les parents et frères et soeurs pouvaient venir. Et soins intensifs aussi mais box avec 2 autres bébés. En néonat, grande pièce avec tous les bébés donc que les parents. Par contre sur avis du pédiatre, une salle était à notre disposition pour faire venir les frères et soeurs ou grands parents pendant 1h. Nous avons pu faire venir ma belle soeur avec mes beaux parents car ma famille ne venait pas, habitant trop loin. Moi j’ai aimé et pas aimé.
    1) La vitre : Très sympa pour que la famille voit notre petit bout, ils ont vraiment apprécié de pouvoir venir et je pense que ça les a aidés à prendre conscience de l’état de Christophe. Après c’était assez pénible quand les visites n’étaient pas annoncées et que les gens arrivaient à un moment intime. Déjà qu’on a pas beaucoup de moments avec notre enfant, des fois on a pas envie d’être dérangés. En plus les visiteurs des autres bébés avaient tendance à bien nous regarder, ce qui était pénible, surtout en réa où on était le 2e box du couloir visiteur. Ma BM faisait pareil quand on a été en soins intensifs, avant dernier box du couloir et nous lui avons fait remarqué que c’était pas un cirque…
    2) L’interdiction des visites : Moi j’ai trouvé ça bien. Déjà que quand Christophe a attrapé une infection je me suis sentie coupable, j’avais peur que ce soit ma faute alors j’imagine si il y avait eu d’autres visiteurs. En plus, j’avais envie d’être avec mon bébé et mon mari seuls, vu le peu de temps qu’on avait ensemble. Par contre, quand on a pu faire venir la famille, Christophe était déjà plus grand, plus costaud. Mais j’ai quand même fait super attention à leur hygiène et ils portaient des blouses tout comme nous.

  • Mes enfants sont restés plus d’un mois et demi en néonat au chu de bordeaux!!!! Je me suis sentie très seule….j’ai eu droit à deux visites vers la fin…protocole très strict et c’est normal mais quand on sait que les loulous vont plutôt bien, je pense que les regles sur les visites doivent être assouplies surtout si les règles d’hygiène sont respectées!!! Chaque bb est dans son propre box donc le risque reste minime!!! Le plus dur pour moi fut de vivre seule cette phase hôpital du coup grosse déprimé car je n’ai pas pu partager cette naissance

  • calylas

    Pas de visites autorisees pour ma part. Ce qui était parfois très difficile à gérer. Le papa travaillait et n arrivait qu’en fin de journée en neonat, j’ai trouvé dommage que je ne puisse pas être accompagnée par une autre personne quand le papa n’était pas présent. Parfois, ma Mère restait deux heures derrière la vitre debout dans un couloir oú il faisait très chaud.
    Ma famille ressentait une vraie frustration. Le jour de la naissance fut aussi très difficile pour eux, la petite était beaucoup branchée, il ne la voyait pas très bien derrière et ils essayaient de comprendre nos expressions.

  • Au CHU Morvan de Brest, nous avons connu trois modes de fonctionnement :
    - en réa : * la galerie de visites(qui faisait le tour du service) et qui permet à la famille de voir à travers des vitres (on ouvre ou non les rideaux) et de communiquer via une trappe de communication (que l’on peut ouvrir ou non). C’est le personnel soignant qui a proposé que nous fassions venir la famille et l’entourage proche dans la « galerie ».
    * visite en chambre, une personne en plus d’un parent. Nous étions en période de grippe A, il fallait donc que la personne ait été vaccinée depuis plus de 15 jours pour qu’elle puisse venir.
    - en néonat : le personnel soignant nous a demandé de renseigner un questionnaire pour autoriser les visites.
    Globalement que ce soit en réa ou en néonat, le personnel soignant nous a toujours fait comprendre que c’était à nous de décider si nous souhaitions recevoir de la visite ou non. C’était possible en respectant les conditions d’hygiène. J’ai trouvé leur attitude très bien, c’était à nous de choisir, eux s’adaptaient.
    En ce qui nous concerne, mes parents et ma belle-mère ont pu découvrir Aura au départ derrière les vitres, puis dès lors qu’ils ont été vaccinés, ils ont pu accéder à sa chambre à tour de rôle en réa.
    En néonat, l’accès était plus souple, nous pouvions être jusqu’à trois ou quatre dans sa chambre.
    Pour en avoir discuté avec d’autres parents, certains préféraient limiter les visites, d’autres au contraire avaient besoin de la présence de leurs proches. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié que le service s’adapte aux demandes des uns et des autres…

  • marie

    lorsque mon fils est né, comme toutes les mamans qui sont passées par là, celà a été compliqué, d’autant plus que j’ai accouché à 100km de mon domicile.
    dans le service, les visites des proches étaient acceptées les mercredis et dimanches à partir de 14H. j’ai trouvé ça absolument génial car ma fille ainée a pu voir son frère dès le lendemain de sa naissance (il est allé tout de suite en néonat’ et n’a pas fait de réa), ce qui était à mes yeux extrêmemnt important afin qu’elel visualise ce petit frère, qu’elle sache pourquoi maman et son frère n’étaient pas de retour à la maison.
    10 jours après sa naissance, mon fils a pu être transféré en niveau II, à 5 minutes de chez nous. là bas, l’entourage, y compris la fratrie, ne pouvait pas entrer dans le service, mais seulement regarder par la vitre, chose que je n’aimais pas trop.
    je n’ai pas été cependant embêtée par mon entourage, car ils me demandaient systématiquement s’ils pouvaient venir.
    cependant, il y avait un petit sas appelé « espace tendresse » et la psychologue du service à fait un peu pression pour que ma fille puisse continuer de voir son frère, nous avions donc la possibilité de faire sortir la couveuse, puis le berceau, dans cet espace, afin qu’elle ait toujours la possibilité de le voir. c’était super!
    par la suite, les grands parents sont aussi venus dans l’espace tendresse, mais une ou deux fois, pas plus, et c’était très bien ainsi!

    voilà, je trouve important que le service de néonat’ puisse permettre la venue des proches, notamment la fratrie, c’est déjà tellement dur de se sentir écartelée entre son enfant qui va à l’école et son enfant hospitalisé, c’est important à mes yeux que lenfant plus grand puisse visualiser tout ça et comprendre pourquoi maman ou papa ne sont pas toujours avec lui, pourquoi ils sont parfois un peu tristes…
    et ça permet de bien préparer le retour de bb à la maison!!!
    en ce qui nous concerne, ma fille ainée était juste heureuse, elle l’attendait depuis tellement longtemps!
    pour ce qui est des autres personnes, ma foi, je pense qu’ils devraient avoir cette possibilité aussi, aux parents de limiter ou non…

  • Céline

    Mon bébé est resté deux mois en réa à Bron (HFME) et franchement en réa je ne vois pas l’intérêt d’autorisé l’accès à d’autres personnes qu’aux parents (et au frère et sœur)!!! Dans cette hôpital ce ne sont pas des box mais des salles donc on fait prendre un risque à toute la salle … Mes parents ont vraiment insister et Augustin n’allais pas bien donc ils sont venu le voir une fois dans cette salle, mais franchement ce n’est pas un bon souvenir … Le bébé juste à coté est mort quelques heures plus tard , mon père était sous le choc des machines et tout !
    En soin intensif c’est plus justifié le bébé « profite  » des visites , mes parents sont revenus un mois après et ils ont pu voir son premier biberon…
    Pour les kangourous ma belle-famille est venue, là c’est vrai que du coup on l’impression d’être en maternité classique et c’est agréable !

  • sandrinep2

    A l’hôpital d’Annecy, pas de visites autorisées. Et ça n’a pas été tous les jours facile pour moi. Le Papa travaillait beaucoup, j’habitais loin et j’avais déjà la fatigue de la route… ma maman a plusieurs fois pris congé pour m’emmener voir mon bébé et elle devait rester derrière la vitre à attendre et à « rêver » d’avoir son petit fils dans les bras. J’aurais aimé pouvoir être accompagnée lorsque le Papa n’était pas présent, d’autant plus quand les nouvelles n’étaient pas bonne… Tout comme Camille, nos parents étaient très inquiets, paniquaient derrière la vitre à la moindre sonnerie qu’ils ne comprenaient pas… ça a été très difficile pour eux également. POur résoudre le problème de l’indiscrétion de certaines personnes derrière la vitre (que nous avons vécu également), je pense qu’il faudrait tout simplement installer des rideaux-stores et que les visiteurs ne viennent que lorsque les parents et désirent faire partager leurs instants de bonheur avec leur bébé.
    A la fin de l’hospitalisation, nous avons eu la chance de pouvoir faire 2 semaines d’unité kangourou et là, nos familles ont pu venir… comme dit Celine on se croirait à la maternité « normale » et ca fait du bien :-)

  • natarennes

    Bonjour,
    Au CHU de Rennes les visites étaient autorisées à l´appréciation des parents mais en limitant si possible à une personne. Les puéricultrices nous ont dit dès le début que notre fille n´avait besoin que de nous et de personne d´autre. Nous avons donc limité les visites, environ 5 visites en 4 mois d´hospitalisation. Et nous sommes persuadés que c´était la bonne décision. Notre fille née à 26+5 SA a maintenant 2 ans et se porte à merveille. Le plus important pour elle, pour nous, pour moi, ca a été le peau à peau dès le premier jour et pendant 4 mois tous les jours.
    Je pense aussi que l´intérêt est très limité en réa, c´est plus choquant qu´autre chose. Et les bébés sont tellement bien cocoonés dans la couveuse, qu´il n´y a finalement pas grand chose à voir à part les scopes, les pousses seringues, les sonneries de partout, pas vraiment rassurant et plutôt inquiétant.
    Mais je pense que chacun doit faire comme il en a envie, comme il en ressent le besoin, sans gêner les autres si ce sont des pièces communes. Pour notre part nous avons eu la chance d´avoir des chambres individuelles en réa, en soins intensifs et en soins courant.
    Et si le personnel soignant pense que c´est trop je pense qu´ils seront le dire.

  • natarennes

    J´ai oublié de mettre que notre entourage ne l´a pas très bien pris et que nous avons eu le droit a beaucoup de réflexions pas toujours très gentilles et compréhensives. Mais avec le papa nous étions sur la même longueur d´onde et nous avons fait face. Il faut savoir être égoiste. C´est notre bébé, pas le leur! Sa santé avant tout…

  • Sasha, né à 31 semaines, est resté 53 jours à l’hôpital. Il à passé 10 jours en réanimation, 7 en soins intensifs, et le reste en pédiatrie. Pour les 2 premiers services, je pense que les visites auraient été compliquées. Les enfants sont fragiles, tous en couveuse et souvent sous assistance respiratoire. Moi-même j’ai dû attendre 2 jours avant de pouvoir le prendre, moins de 3 minutes, dans les bras. Pour le prendre en peau à peau, j’ai dû attendre qu’il ait 10 jours.

    Par contre, une fois en néo-nat, il ne restait plus qu’à attendre qu’il se remplume et devienne autonome. Qu’il prenne un biberon. Ce mois a été terriblement long. 40 jours pour qu’il comprenne comment s’alimenter. Ma mère prenait tous ses vendredis aprem et restait 1h de l’autre côté de la vitre, à nous attendre et nous regarder. Le samedi, c’est son petit frère de 2 ans et demi qui patientait (et s’impatientait) de l’autre côté de la vitre.
    Oui, j’aurais bien aimé que ma mère, mon père, mes beaux-parents et surtout son grand frère puissent le voir et le toucher, sans même le prendre, juste l’approcher, qqs minutes dans le mois. Juste qqs minutes…

  • jeanette

    Ma fille a été hospitalisé à l’hopital de la conception à Marseille.Les visites étaient autorisées pour les grands-parents et les frères et soeurs les après-midi.Au départ celà m’a très bien convenu car je voulais garder une intimité avec ma fille comme si elle était encore dans mon ventre je n’avais pas envie que d’autre personne que mon mari puisse la voir.Avec le temps j’ai ressenti le besoin de la montrer un peu plus j’ai donc demandé à l’équipe médicale si d’autres personne que les grands parents pouvaient venir ils ont accepté à condition de prévenir à l’avance.Je trouve ce système très bien car il laisse aux parents un choix de visites .(ma fille est restée 3 mois à l’hopital)

  • magpuce

    Dans les 2 hôpitaux où était ma fille, il y avait une galerie avec des rideaux aux fenêtres….Certes, cela est très frustrant pour les grands-parents mais ils se rattrapent doublement après l’hospitalisation ;-) . Nous n’avons pas très bien vécu ce système de galerie avec son effet « cirque » ! Le premier hôpital, elle était en réa et nous avions envie d’être dans un cocon à 3, d’atterir tout doucement après ce qu’il venait de nous arriver. Comme il était loin de chez nous, seuls les grands-parents sont venus, derrière la vitre, et c’était parfait. Dans le 2nd hôpital, beaucoup plus proche de chez nous, ce fut un peu le défilé. Les gens venaient parfois sans prévenir….très difficile à vivre quand on est en plein peau à peau ou dans un jour sans, inquiets et que l’on a pas forcément envie de parler. Seules les mamies, le jour de la fête des grands-mères, ont pu passer un moment dans le box. Nous sommes ravis qu’elles aient pu vivre cela mais c’était suffisant. Je me pose la question de l’intérêt pour l’enfant?? Je pense bien sûr qu’il faut adapter à la situation, à l’état de santé de l’enfant et surtout au désir des parents mais je comprends aussi que pour les équipes médicales ce soit parfois un peu compliqué à gérer ! Et à condition de respecter les règles d’hygiène !!! Surtout quand les enfants sont plusieurs dans la même pièce ! Ma fille a attrapé une gastro à cause de cela!!!
    Le CHU de Brest a l’air d’être bien. Cela fait partie d’un bon accompagnement des parents durant cette période si difficile…
    Bon courage à tous !

  • lesne

    moi je trouve que c est bien que ts l’ entourage puisse rentrée a maubeuge il y avais que les parents et grand parent. mais j ai appris que sa avais changé

  • Je suis assez d’accord avec Rêveuse14. Pour nous, il y avait une vitre, et des visites d’un grand-parent à la fois étaient possibles pdt une demie heure. On a utilisé la possibilité juste pour mes beaux-parents qui y tenaient, une fois seulement, lorsque l’état de mon fils s’est amélioré et parce qu’ils venaient de loin. Mes parents aussi habitent loin de chez nous, mais ils ne l’ont pas souhaité…et finalement cela correspondait à ce que je voulais. C’est si dur, c’est un moment qu’on a vécu avec mon époux, vivant ds les 15 m² de la chambre de notre fils, tous les jours, soudés les uns aux autres. C’était à nous, notre espace, notre bulle. On n’a pris des nouvelles de personne, on n’en a pas donné directement. Les grands-parents faisaient le lien. On ne pouvait pas répéter, redire, se préoccuper des autres, alors que le seul qui comptait, c’était notre fils. Simplement je trouve bien d’avoir la possibilité de ces visites, sans les afficher. Le dire aux parents pour qu’ils voient ce qu’ils veulent faire c’est l’idéal.
    Moi aussi la vitre a pu me rendre dingue…certains regards indiscrets de gens inconnus m’ont fait tirer le volet plus d’une fois. Et notre famille prévenait toujours de sa venue.
    Sinon, nous avions un salon des parents à notre disposition avec micro-ondes, radio-cd, télé, dvd, évier, tables, chaises et canapé…une petite pièce mais quel luxe. Certaines opérations caritatives font bcp et il faut les en remercier (je ne sais pas si j’ai le droit de les citer mais une ancienne première dame en est à l’origine).
    Voilà, c’était il y a un an jour pour jour et c’était hier. Je crois que ça le sera toujours dans mon coeur.

  • tidine

    Lorsque notre fille était en réa hopital de niveau 3, personne ne pouvait entrer dans le service, cela était trés frustrant pour notre fils ainé et les grand-mères qui ne pouvaient la voir qu’en photo. 5 jours plus tard changement de service pour raprochement dans un service de néonat d’un hopital de niveau 2, il y avait une galerie, mamie et grand-frère ont donc pu voir la petite à travers une vitre. Par contre, interdiction aux autres membres de la famille de rentrer dans son box, visites des frères et soeurs autorisés une fois par semaine dans la salle des parents, visites des grand-parents une fois durant le séjour (dur dur si bébé reste plusieur mois). Quelque jours avant qu’elle rentre à la maison, j’ai été hospitalisé d’urgence, on a quand même obtenu que ma maman vienne la voir durant notre absence. C’est vrai que c’est dur pour l’entourage de ne pas pouvoir prendre le bébé dans les bras, mais en même temps ce sont des enfants tellement fragiles que quelque part cela nous rassurait qu’elle soit protégée de la sorte. Dommage que tous les services ne dispose de galerie.

  • mcgaga26

    Bonjour
    Je suis la maman de Gabriel qui est né à 25 SA +5.Son hospitalisation a duré 4 mois. Nous sommes passés par toutes les étapes, une montagne russe permanente jusqu’au passage à l’air libre! Concernant l’entourage, le règlement du CHU de la Croix-Rousse à Lyon était simple: possibilité de visite de la fraterie et des grands-parents une fois tous les 15 jours maximum. Ces visites devaient être prévues un minimum à l’avance pour faire en sorte de ne pas géner le service. Une infirmière puéricultrice était présente pour répondre aux questions des grands-parents si l’on souhaitait. Le temps de la visite n’était pas limité mais il est conseillé qu’elle n’excède pas la demi-heure.
    Pour ma part, ce fonctionnement me correspondait bien. Je vais paraître certainement égoïste mais j’étais privée moi-même de mon bébé (ayant étant moi-même en réa quand Gabriel a été pris en charge en couveuse), je ne voyais pas pourquoi mes beaux-parents auraient pu le voir. Si tout avait été dans l’ordre, les grands-parents n’auraient vu le bout’chou que mois plus tard. Je voulais aussi préserver un minimum d’intimité (même si cela est assez difficile entouré en permanence par les équipes médicales). Je voulais que l’on construise quelque chose exclusivement nous 3 et sans le regard des grands-parents. Comme j’ai pu le lire dans certains commentaires, il faut s’interroger sur le bien fait pour le bébé. Pour ma part, je me suis sentie contrainte d’accepter la visite des grands-parents et pour être honnête je ne l’ai pas très bien vécue. Avec le recul, il aurait fallu que je trouve la force pour leur dire non et attendre encore un peu pour cette première visite. J’ai été extrêment sur la défensive et mon petit bouchon l’a ressenti. L’infirmière l’ayant bien vu à prétexter un soin à réaliser pour que les grands-parents ne s’éternisent pas. Il est d’autant plus difficile de gérer les réactions qui vont suivre de l’entourage: « qu’est-ce qu’il est petit »…et compagnie. Je suppose que vous avez tous et toutes entendus ce genre de réflexion. Je regrette que les grands-parents ne soient pas vue en amont par les psy du service car mon beau-père m’a avoué plus tard que cette visite l’avait choqué. Quand bien même que nous avions préparé la rencontre, expliqué l’environnement.
    Bref, tout ça pour dire qu’il me semble que chaque maman, chaque papa d’un bébé prématuré est différent, nos réactions sont différentes. Certains aimeraient peut-être plus de visites de l’entourage. Pourquoi pas. Mais il le semble qu’il faut être sûr que l’entourage est aussi prêt à être confronté à cet univers hors norme.

  • emilie50

    Dans le service de néonat du Sud Manche où Noé a été hospitalisé, les visites autres que celles des parents étaient interdites. Cela m’a beaucoup manqué, d’autant que Noé étant un « simple » préma, il n’y avait pas les mêmes risques ni la même fragilité que pour un grand préma.
    Ma maman venait le voir presque chaque jour, elle me téléphonait toujours avant pour savoir quel serait le meilleur moment. Ca a été très dur pour elle, d’autant qu’elle travaillait dans le service juste au dessus ! Elle aurait pu je pense, en tant que membre soignant de l’hopital, venir dans le service (la pédiatre l’a même suggéré), mais elle n’a pas voulu, par respect pour mes BP, elle ne trouvait pas ça juste.
    J’aurais aimé que mon frère, qui habit à plus de 300km puisse le prendre, le voir autrement que derrière une vitre avant sa sortie, mais ça n’a pas été possible.
    Contrairement à d’autres parents, je n’avais pas envie d’être dans ma bulle avec Noé, probablement cela me faisait il peur, j’ai eu beaucoup de mal à me sentir maman de ce petit bonhomme, tout est allé si vite !! J’ai apprécié les visites de mes ami(e)s, de ma famille, même si c’était derrière une vitre. Mais c’est vrai que pour certaines personnes proches, j’aurais aimé pouvoir faire autrement !!

  • lesne

    nous sur maubeuge les grand parents peuvent rentré un par un avec un des parents du moin sa c’etait avant maintenant la famille et les amis proche peuvent entré mais ils on des heures a respectez

  • lena2002

    Bonjour,

    Mon bébé a été hospitalisé à l’hôpital Femme Mère Enfant à Bron (69). Pour nous ça été très difficile de ne pas pouvoir venir occasionnellement au début avec notre fille ainé, mais il y avait aussi le risque de microbes. Mais du coup la famille n’arrive pas à comprendre réellement notre situation, et pourquoi ils ne peuvent pas venir !!! C’est quand même des moments dans notre vie qui resteront lourds au coeur. Mais maintenant notre petite puce est près de nous elle a 4 mois après de 2 mois 1/2 de blouse blanche ;) c’est magnifique qu’elle soit chez nous !!!

    Bon courage à vous tous et bcp de bonheur avec c prém qui sont courageux !!!

  • Notre 1er fils est né à 34SA+2. Nous avons connu la réa (Paris 14è) puis une néonat plus classique à Orsay (91). Notre fils allait bien, il avait juste besoin d’aide respiratoire la 1ère semaine. Les visites étaient limitées aux seuls parents et il y a une galerie (ou porte vitrée )permettant aux visiteurs d’apercevoir le bébé. Mes parents venant de loin auraient voulu voir leur 1er petit-fils, même à travers une vitre mais nous les en avons dissuadé: tout d’abord, on trouvait qu’il y avait beaucoup de contraintes matérielles pour eux (trajet, stationnement, fatigue, peur qu’ils soient choqués par tant de tuyaux) qu’il seraient frustrés de ne pouvoir le prendre dans leurs bras et puis surtout, avec mon mari, on voulait garder ces 1ère semaines pour nous, pour notre intimité familiale. On ne voulait pas non plus avoir à gérer leurs émotions et/ou questions. On était bien trop fatigués pour ça! Et puis nous parents étions déjà bien frustrés, sachons d’abord nous recentrer avant de nous occuper des autres!
    Notre 2è fils est né à 31SA+2 19 mois plus tard et a connu le même parcours que son frère, à la différence près que suite à une septicémie à 1 semaine de vie, il est resté plusieurs heures entre la vie et la mort. Nous étions contents de pouvoir passer du temps auprès de lui et surtout de ne pas être « dérangés » par la présence sur place de nos familles. Nous avons beaucoup apprécié leur soutien pour nous, hors du cadre hospitalier (gestion de l’aîné, organisation matérielle de la maison, information des autres membres de la famille car nous n’en n’étions pas capables). A ce moment, l’infirmière nous a informé de la possibilité de faire venir un prêtre et une ou 2 personnes très proches, ce que nous avons fait avec beaucoup de reconaissance. Nous avons su après coup que ce fut un moment très dur pour ces personnes car là où nous voyions notre fils derrière les tuyaux, elles voyaient d’abord les tuyaux et ont pris sur elles pour ne pas craquer devant nous.
    Je trouve que c’est bien ainsi, que le personnel soignant mettent des limites tout en sachant s’adapter aux situations exceptionnelles.
    Pour ce qui est de la fratrie, il me semble que c’est important de tisser ce nouveau lien et il est vrai que c’est dur de ne pouvoir être tous ensemble. Nous avons pris des photos, en avons fait un pêle-mêle que nous avons mis dans sa chambre et lui avons expliqué ce qui se passait. Il me semble avant tout important que les bébés prémas soient présevés de toute sorte de germes, même si c’est un peu dur!
    Enfin petite anecdote: en nénonat classique, nous avons croisé des bébés venant y faire un très court séjour (24 ou 48 h) et les parents voulaient à tout pris montrer leur progéniture à leur famille/amis. Ils comprenaient difficilement le refus du personnel soignant. J’avais envie de leur crié notre douleur à nous parents de prémas qui devons attendre parfois plusieurs mois avant de pouvoir le faire. J’ai ressenti cela comme un vrai manque de délicatesse! Peut-être une organisation par secteur serait-elle plus adaptée afin de limiter ce genre de désagrément?

    Enfin aujhourd’hui, nos enfants se portent à merveille et nous adressons notre reconnaissance aux équipes médicales et paramédicales pour la prise en charge de l’enfant et de ses parents.

  • Rita Clarisse

    Dans le désordre:
    - l’accès 24h/24 et la possibilité d’appeler à tout moment
    - la possibilité de faire venir l’entourage au moins une fois par semaine (y compris les amis proches…)
    - la possibilité de tirer son lait toutes les trois heures dans le service, voire dans la chambre du bébé
    - un rendez-vous avec les soignants après la sortie, pour se revoir en toute sérénité
    - le respect réel de la priorité donnée aux parents pour le bain et les autres soins s’ils le désirent
    - un rendez-vous hebdomadaire avec les médecins pour faire le point et poser les questions
    A Trousseau, à Paris, certaines de ces nécessités étaient respectées et offertes, et ça a été précieux… d’autres, non, ou pas toujours, et dans ces moments c’est vraiment, vraiment difficile à vivre!
    Cela dit, l’accueil de mes filles et les efforts de certaines infirmières, en plus de la qualité et l’humanité des médecins, ont fait de ce séjour un tranche de vie éprouvante mais chaleureuse et vivante. Merci! :)

  • Penson a tous c bb si fragil lentourage doi comprendre

  • L’article date un peu mais je pense que la question est toujours d’actualité, alors je me permets d’apporter mon témoignage…
    Notre deuxième fille est née à 34 SA (déclenchement suite à fissure de la poche des eaux), à HFME à Lyon. Elle a passé 2 jours en néonat et ensuite un mois avec moi en unité Kangourou. En néonat, seuls les parents pouvaient entrer, et éventuellement les enfants après entretien avec un psy. C’est sûr que le premier jour, cela nous a paru dur, mes beaux-parents étaient là avec notre fille ainée et tous les trois ont dû rester à la porte du service. Mais en voyant notre petite puce dans sa couveuse avec tous ces tuyaux, nous avons compris le bien fondé de cette règle. Notre fille de 3 ans à l’époque en aurait été traumatisée ! Moi-même, cela a coupé ma montée de lait de la voir ainsi.
    Heureusement, au bout de deux jours nous avons pu aller en kangourou. Là, seuls les parents, frères et soeurs, et grands-parents pouvaient venir. C’est sûr que ça a été assez dur pour le reste de la famille, qui a dû se contenter de nous voir à la cafeteria de l’hopital. Mais au final, je ne le regrette pas. Nous avons ainsi eu une petite bulle « à nous » pour passer ces premières semaines ensemble, sans être dérangés par des visites incessantes (et vu que je tirais mon lait toutes les 3h, que ça durait bien une heure, la tetée/gavage/pesage/change une autre heure, il me restait ensuite une heure pour me reposer). Grâce au wifi j’ai pu poster très régulièrement des photos de la puce sur internet, pour la famille, ce qui leur a permis de la voir quand même un peu.
    Donc voilà, après cette expérience, je pense qu’il est vraiment très bien qu’en néonat il n’y ait que les parents (c’est déjà assez impressionnant pour eux) et ensuite, en kangourou, que les frères et soeurs, et les grands-parents, puissent venir, c’est important, mais pour les autres, ils auront bien le temps de voir le bébé quand il sera sorti de l’hopital.
    Après, ma puce n’a passé que deux jours en néonat. Si ça avait été des semaines, peut-être aurait un avis différent…

  • Bonjour,
    Je tombe sur votre site alors je me permets de laisser mon témoignage;notre petite Emilie est née donc en centre hospitalier à Toulouse ( qui n’est pas mon département ), le 28 mars 2015 à 32 sem. et 5 jours et bien qu’ayant été très bien suivie en néo.nat., je me suis sentie bien souvent perdue face à cette situation malgré la présence de mon compagnon qui était en permanence à mes cotés et un personnel médical extraordinaire . Je n’ai pas eu la chance effectivement de pouvoir dire à mes proches de venir me voir dans ce service puisque ce n’était pas possible , j’en ai terriblement souffert car je n’avais aucun membre de ma famille qui pouvait etre présent , j’étais un peu perdue mais après plusieurs mois écoulés , je me dis que c’est mieux ainsi car ce n’est déjà pas facile pour les parents , c’est meme choquant de découvrir son petit bébé et donc (avec le recul) , je me dis que c’est mieux comme ça . et ce qui me donne raison de dire cela , c’est de découvrir la réaction de ma famille en voyant dans l’album photo ce que représentait notre petite Emilie . Par contre , j’aurai aimé rencontrer d’autres maman afin de pouvoir discuter , échanger mais dans le service ou j’étais , ce n’était pas d’actualité et ça , c’est bien dommage !!!! ; on passe beaucoup de temps avec notre petit bout de chou et les journées passent entre les soins qu’on lui apporte , le monde médical qui se relais en permanence mais ce qui était très appréciable , c’est qu’il y avait une personne (je pense qu’il s’agissait d’une auxiliare-puérécultrice) qui s’occupait d’elle constamment tout en étant très à l’écoute des parents ) et ça , c’était génial !!!!. La néo.nat , pour elle n’a duré que deux semaines , ce qui au départ m’a semblé une éternité !! ; en fin de compte au début ça semble interminable , vous pensez ne pas pouvoir vous faire à cette situation et à ce service et au final lorsque l’on vous dis que vous devez quitter le service de néo.nat (pour revenir dans le meme service de votre département ), vous ne voulez plus en partir , tellement on y est bien!!!.