Institutionnels

Institutionnels
1. Enjeu de santé publique

Avec la progression considérable des naissances prématurées (+45% en 15 ans*) et tout ce que cela implique en terme de coûts et de répercussions sociales, la prématurité doit être considérée comme un enjeu de santé publique.

La prématurité concerne nos plus petits, nos plus fragiles et en cela, concerne notre avenir. Oeuvrer en faveur d’une meilleure prise en charge de la prématurité, c’est améliorer notre avenir.

Les deux seuls pays européens à avoir adopté une politique santé spécifique en faveur de la prématurité, le Portugal et le Royaume-Uni, ont vu leur taux de naissances prématurées diminuer.

SOS Préma, déjà à l’origine de l’allongement du congé maternité des mamans de prémas, poursuit ses actions envers les pouvoir publics en créant, le 12 novembre 2012, avec la Société Française de Néonatalogie, le COLLECTIF PREMATURITE, association réclamant une politique santé spécifique.
Pour plus d’informations, consulter le site du Collectif.

*1995: 45000 naissances
Aujourd’hui: environ 65000 naissances