Skip to content

Mois du peau à peau : Les soins couplés à la mère et à son bébé

Soins couplés*à la mère et à son bébé : le peau à peau, au coeur des soins d’excellence.

*Soins couplés : couplet care, c’est-à-dire mère et bébé sont hospitalisés ensemble.

Connaissez-vous la façon de faire du peau à peau avec son bébé prématuré aussi longtemps qu’on veut ? 🕔

Elle s’appelle le Couplet Care ou les soins couplés à la mère et à son bébé 🤱.

On vous explique tout ! 👇🏼

 

🎥Crédit vidéo : @ÇA C’EST FAIT

La maman qui vient d’accoucher doit être soignée, même en cas d’accouchement sans complication. Son bébé né prématuré ou malade aussi. Le bébé a besoin de soins médicaux, mais pour bien se développer, il a aussi besoin de ses parents et en particulier de peau à peau et du lait de sa maman.  L’idée révolutionnaire, c’est de soigner, ensemble, dans une même chambre la maman qui vient d’accoucher et son bébé prématuré. Le Couplet Care améliore la santé des bébés et les bébés ont besoin d’être hospitalisés moins longtemps (Ortenstrand 2010).

 

Le Couplet Care =  Zéro séparation 

 

 

🎥Crédit vidéo : @ÇA C’EST FAIT 

 

En « Couplet Care », le bébé et sa maman ne sont pas séparés, et parfois le co-parent peut rester aussi avec eux, 24h/24, 7j/7.  Ce modèle de soins existe déjà en France mais est encore peu développé. Au travers de la Charte du Nouveau-né Hospitalisé et de différentes actions, SOS Préma œuvre avec les professionnels afin que les soins couplés et le zéro séparation deviennent la norme pour tous les bébés, toutes les mamans, dans tous les hôpitaux français. Pour cela il faut repenser l’architecture et l’organisation des soins. Le peau à peau est alors débuté dès la naissance et poursuivi pendant les heures et jours qui suivent : on a constaté que les bébés ont moins froid (Linner 2022), de meilleures fonctions cardiaque et respiratoire (Lod-Kolz 2022), souffrent moins souvent d’infections (Arya 2023, Luong 2015) et dans les mois qui suivent ont de meilleures interactions avec leur maman (Heine 2023, Lillieskold 2023), qui est affectée moins souvent par une dépression du post-partum (Mehler 2020). De plus, les bébés sont plus souvent allaités exclusivement au sein et plus longtemps (Karimi 2019, Karimi 2020) y compris ceux de très petits poids de naissance (Jayaraman 2017).

 

En peau à peau, les parents protègent leur bébé

En peau à peau, le bébé retrouve les sensations d’avant la naissance et est moins sensible aux stress issus de l’environnement médicalisé des soins. Les parents avec leurs corps, modulent les perceptions sensorielles qui parviennent au bébé, et ainsi forment un rempart contre les agressions extérieures. Par exemple, on a mesuré que le bruit ambiant perçu par un bébé en peau à peau est très inférieur au bruit auquel il est soumis en berceau ou en incubateur : alarmes, moteurs, claquements de portes, bruits divers rencontrés unités de soins néonatales (ARS Centre 2012). Ce qui est vrai pour le bruit, l’est aussi pour les infections, la lumière vive, le froid, la douleur …

 

Le Peau à peau apporte au bébé des informations utiles & cohérentes

En peau à peau, les informations qui arrivent au cerveau du bébé sont cohérentes entre elles : quand le bébé sent l’odeur de sa maman, il peut aussi la toucher, la goûter en léchant sa peau ou son sein, l’entendre respirer et écouter sa voix, la sentir bouger, vivante. En peau à peau, les stimulations sont adaptées au cerveau du bébé, ni trop, ni pas assez. Le bébé reçoit les bonnes informations pour entrer en relation avec ses parents, personnes cruciales pour son développement. C’est sans doute pour cette raison que plus les bébés font du peau à peau, plus rapidement ils parviennent à téter au sein, une tâche difficile et complexe (Oras 2016).

 

Du peau à peau au soin kangourou 

L’Organisation Mondiale pour la santé recommande depuis 2022 (OMS 2022), que les bébés prématurés soient placés en peau à peau aussitôt que possible après la naissance et poursuivent ensuite leur développement ainsi, au moins 8 h/24 et le plus longtemps possible sur les 24h. Les parents assurent alors tous les besoins de leur bébé, en dehors des besoins médicaux : chaleur, stimulations adaptées, alimentation, sommeil … On parle alors de Soin Kangourou, en référence à cet animal qui garde dans sa poche ventrale, son petit jusqu’à ce qu’il soit assez vaillant pour sortir. Cette méthode permet le meilleur développement possible des bébés prématurés, notamment de leur cerveau : plus les bébés prématurés font du peau à peau et du soin kangourou, meilleures sont leurs fonctions cérébrales à l’âge adulte, au point de quasiment ressembler à celles des enfants nés à terme (Charpak 2022)

 

Pour aller plus loin : Regardez la vidéo 🎥

Marie et Mathieu, parents de Simone née à 31 SA + 5 à la maternité Beaumont au Centre Hospitalier de Roubaix

 

Crédit vidéo : ÇA C’EST FAIT

 

 

Kelly, parent bénévole sur l’antenne locale de Roubaix, nous raconte :

Je m’appelle Kelly et je suis bénévole SOS Préma à la maternité de Roubaix (Beaumont) depuis bientôt 2 ans. Cette merveilleuse maternité a mis en place le « couplet care » dont je suis témoin lors de mes visites. Ayant accouché durant le Covid je n’ai pas pu bénéficier du couplet care. Aujourd’hui, ce que je constate lors de mes visites c’est :

  • Des parents à l’aise avec les soins de leur petit (voire très petit) bébé,
  • Des parents très autonomes,
  • Des parents unis qui instaurent des rituels de soin à tour de rôle par exemple,
  • La présence quasi systématique  des deux parents avec un lit double ou lit d’appoint confortable,
  • Une appropriation de la chambre comme un espace de vie à part entière : photos familiale accrochées au mur de la chambre, décoration en tout genre, nourriture etc.

En couplet care, Cassandra et sa fille Kayliah sont hospitalisée dans la même chambre. Le bébé est soigné par les pédiatres et puéricultrices. Les gynécologues et les sages-femmes prennent soin de sa maman. 

Crédit photo : Frédéric Alberge – ÇA C’EST FAIT

 

Tout est mis en place (dans la mesure du possible) pour que les parents se sentent comme « à la maison », et je ressens vraiment cette ambiance familiale lors de mes visites. Les frères et sœurs semblent également s’approprier les lieux (ils se rendent à la cuisine seuls, se « promènent » dans les couloirs » etc.).

Lors d’une de mes visites, j’ai eu la chance de voir l’arrivée dans le service d’un nouveau-né en peau à peau sur un fauteuil de transfert avec son papa. Cet enfant n’aura jamais été séparé de ses parents même pas une seconde. Tous les soins lui ont été octroyés en compagnie des parents et le plus possible en peau à peau. Lors d’une seconde visite, j’ai pu échanger avec les parents à ce sujet et leur expliquer que je n’avais pas eu cette chance. Ils m’ont alors confié à quel point cela avait été important pour eux et que c’est ce qui leur a permis d’après eux, de créer le lien parent-enfant instantanément. C’était « leur bébé » et de ce fait, il leur a été tout à fait naturel de réaliser les soins de leur enfant immédiatement sans être spectateur comme on peut l’être les premières heures de vie d’un nouveau-né prématuré.  Cet enfant a eu un séjour sans embuche, et a pu sortir avant le terme (né à 30 SA pour un poids d’un kilo).

 

💙 Soutenez SOS Préma pour encourager une plus grande pratique du peau à peau pour les bébés prématurés.

JE FAIS UN DON 

Partager l'article :